La sensualité sculptée

Adèle Vergé a exposé, ce printemps, ses sculptures au Park Hôtel.
C’était une occasion de retrouver les anatomies sublimées, leurs poses et courbes sensuelles qui caractérisent l’oeuvre de l’artiste.

Sculpture bronze Adèle Vergé - Park Hotel
La femme est au coeur de l’oeuvre d’Adèle Vergé. Sensuelle, maternelle, charnelle.
Qu’elle soit figurative ou qu’elle s’approche de l’abstraction et de l’épure, la sculptrice pose son regard aimant sur les corps.

« La figuration n’est intéressante que lorsque j’ai des modèles vivants. »

Souvent ramassé sur lui-même, lové, accroupi, la tête entre les bras, ou aussi allongé, alangui, endormi ou rêveur, le corps déploie ses courbes majestueuses. Des « Amantes », des Africaines, des Maternités déclinent tous les aspects de la féminité.
Dans les fomes épurées, l’artiste ne perd rien de son pouvoir d’érotisation qui fait la force de son travail.

Bronze, terre cuite, béton cellulaire, résine, Adèle Vergé joue sur le grain et les patines, soumettant parfois la même sculpture à l’épreuve de différentes matières. Comme elle peut travailler une oeuvre en plusieurs échelles, modifiant ainsi notre rapport à l’oeuvre et sa vibration dans l’espace. Chaque pièce est une histoire, un moment, une étape de la vie baignant dans la sérénité et le calme.
Adèle Vergé nous parle de la beauté épanouie et de toutes les merveilles du corps qui ne demande qu’à être aimé.

Jean-Michel Collet
l’Indépendant – Perpignan
15 Avril 2010