Biographie

Portrait Adèle Vergé

Je m’appelle Adèle Vergé, je suis sculpteuse. Je suis née à Sète en 1930. Je suis catalane comme toute ma famille qui est originaire d’Espagne. Je vis et travaille à Perpignan.
 
J’ai décidé d’apprendre à sculpter sur le tard, à l’âge de la retraite. Pendant trois ans, j’ai suivi les cours éclairés de Pascale Aghilon aux Beaux-arts de Perpignan.
 
Avant ça, j’ai été photographe, script-girl, agent immobilier, psychothérapeute, écrivain et bien d’autres choses pendant les trente ans où j’ai habité Paris.
 
C’est à Paris que j’ai eu la chance et le bonheur de rencontrer Antoinette Fouque qui a été un temps mon analyste et de participer aux réunions et aux groupes de travail « Psych et po » puis de l’alliance des femmes. J’ai même eu l’honneur d’une exposition à la librairie des femmes. Merci Antoinette!
 
J’ai quitté Paris pour Perpignan au terme de 12 ans d’une longue analyse qui, en fin de compte, m’a permis de découvrir et de réaliser mon désir insoupçonné de devenir sculpteuse.
 
Merci Freud et tous les autres!
 
Toutes mes sculptures prennent naturellement naissance dans la forme du corps humain. Je reste fidèle à l’école du modèle vivant. Rien ne me plaît mieux que de batailler avec l’argile, j’aime la terre surtout face à un modèle vivant.
 
Pour moi, tout part de cet être de chair. Il est inépuisable. On peut coller au réel dans une figure des plus académiques et, partant de là, tous les chemins sont ouverts. De variations en variations, les volumes se simplifient, les lignes s’épurent, les masses s’équilibrent et la forme tend vers l’essentiel, vers ce point fort qui fait vibrer la lumière autour de la statue quand on a la chance de la réussir.
 
Mon chemin est celui de l’amour le plus simple: sensuel et tendre.
 
Dans mon atelier, les enlacements foisonnent: couples traditionnels, couples d’amantes, couples d’amants, paternités et maternités. Dans toutes ces étreintes, j’essaie de faire rayonner l’émotion et la tendresse.
 
Je travaille surtout la terre, mais aussi le bois, la cire, le plâtre, la pierre, la résine, le béton cellulaire, l’albâtre et le marbre, le polystyrène expansé… Maintenant je sculpte tous les jours. Et la nuit je rêve que je sculpte.